Un projet qui aboutit.

Voilà, j’ai envoyé tout à l’heure la maquette des Amourettes du Petit Chaudron à mon imprimeur tout à l’heure et je croise les doigts pour que ça passe sans souci.

Les Amourettes, c’est un projet que je porte depuis un an maintenant. Je rêve depuis des années d’écrire une histoire en vers. Quelle idée, me direz-vous. La poésie est une de mes premières amours. Un exercice à la fois intellectuel et salvateur, qui m’aide souvent à évacuer les tensions. Depuis bientôt un an, ma muse semble avoir repris goût à ce jeu et je m’en réjouis. Entre deux projets d’écriture, les Amourettes et un autre projet qui vient de prendre le relai, ont suivi leur bonhomme de chemin.

La semaine dernière, j’ai eu l’idée de franchir le pas. Thierry Cardinet, un ami et illustrateur avec qui je travaille souvent sur des projets pédagogiques, m’a réalisé une très jolie couverture. J’ai aussi tâché d’égayer l’intérieur et de rendre une maquette de qualité, même si à l’origine, j’aurais bien aimé faire illustrer totalement les Amourettes. Mais le budget ne peut pas suivre, malheureusement. Je remercie ici au passage Violette Sagols qui avait initialement accepté de travailler sur le projet. Elle avait fait un très beau travail.

Si j’ai finalement décidé de sortir les Amourettes en version « simple », c’est aussi dans un but pédagogique. Les ventes du recueil serviront à financer des projets au Lycée Hôtelier de l’Orléanais où je travaille. Situé à Olivet, cet établissement accueille des élèves qui souhaitent devenir cuisiniers, serveurs ou vendeurs de produits alimentaires.

Je sais que la poésie n’est pas un genre qui attire particulièrement les lecteurs, mais je me suis dit qu’en ajoutant cette valeur à ce projet, peut-être celui-ci attirera-t-il plus de monde.

Quoi qu’il en soit, les Amourettes sont là et voici la couverture. Le livre compte 76 pages, pour un format de 13×20 cm et sera vendu au prix de 6 euros. Pour les personnes comptant le commander via ce site, je vais le mettre en ligne dans la boutique et il faudra débourser 2 euros de frais de port pour un envoi suivi.

Les amourettes du Petit Chaudron

Je travaille en ce moment sur un recueil de 12 poèmes, a priori, ayant un rapport avec la cuisine et le service (je travaille dans un lycée hôtelier, il fallait bien que ça finisse par me fournir matière à un récit).

Cela faisait longtemps que je ne m’étais pas frottée à la poésie, une vingtaine d’années, pour tout dire. Et j’avoue que la reprise s’est faite plutôt facilement, puisqu’en une semaine, j’avais écrit plus de la moitié des poèmes prévus.

Rien à voir avec mes textes habituels… pas de SF, de Fantasy ou de Fantastique.

Il s’agit en fait d’une histoire en vers racontant les amours et les déboires du personnel d’un restaurant, Le Petit Chaudron. Les personnages principaux sont la Rondouillette et le Marmiton. Plus de 508 vers écrits à l’heure où je rédige ce billet, un 9ème poème en cours de création. J’ai même trouvé une illustratrice pour accompagner les textes et je pense sortir ça sous la forme d’un livre de coloriage accompagné de textes du coup… Le top du top serait de trouver un compositeur. Peut-être en ferais-je un outil pédagogique, d’ailleurs, par rapport à mes classes, bien qu’un poème pose un souci, par rapport au vocabulaire, et encore… vu ce que mes élèves s’échangent comme amabilité, ce n’est vraiment pas grand-chose.

Affaire à suivre, donc.

Et j’espère qu’après ça, ma muse va me laisser reprendre mon travail sur 212. Je sais que des lecteurs attendent cette suite avec impatience. Mille excuses à eux. Ma muse a tendance à prendre des chemins de traverse au lieu d’aller là où je veux qu’elle aille.

I-Grande-14530-chaudron-fonte-60-litres.net

Pièce de théâtre

Ovni dans ma bibliographie, voici que j’ai écrit une pièce de théâtre. Un drame en 4 actes, comportant chacun 5 scènes.

couv_cassee

Louise, 40 ans, vient d’être engagée dans une conserverie de poissons grâce à sa meilleure amie Manon. Mais elle a du mal à s’intégrer. Les vingt années passées au chevet de son père récemment décédé ont fait d’elle une créature malheureuse et renfermée. Quand l’un de ses collègues commence à s’intéresser à elle, Louise ne sait pas gérer la situation. Et lorsque vient le moment des confidences, celles-ci pourraient bien lui coûter très cher… ou la délivrer enfin.

Ne sachant pas très bien quoi en faire, je l’ai envoyée à plusieurs troupes de théâtre. On verra bien ce que ça donnera.

Petite interview du héros d’Un amour à part

La rédaction : Adrian Byrd, vous êtes le héros du roman de Corinne Guitteaud, Un Amour à part. Pouvez-vous nous dire comment tout cela a commencé ?

Adrian : Je suis tombé sur cette auteure par hasard. Une vraie découverte. À vrai dire, elle n’écrit pas de romance d’habitude, mais allez savoir pourquoi, entre nous, ça a fonctionné tout de suite. Au départ, elle était quand même réticente à l’idée d’écrire une « histoire à la guimauve », sachant déjà la réputation qu’on lui taille à ce propos dans ses autres livres. Mais je ne lui ai pas laissé le choix. Anaëlle non plus, d’ailleurs.

La rédaction : Dites-nous en plus sur votre rencontre avec Anaëlle Leroy, justement.

Adrian : Je suis acteur, voyez-vous. J’interprète le personnage principal d’une série steampunk, intitulée Au milieu des nuages. J’adore jouer. Mais j’ai plus de mal avec tout ce qui accompagne mon métier. La célébrité et moi, ça fait deux. Du coup, j’étais plutôt réticent à l’idée de me rendre à une convention en France. Mes groupies… pardon, mes fans, ont tendance à en faire des tonnes. Mais Anaëlle… Anaëlle est différente. Quand je l’ai rencontré la première fois, elle ne s’est pas précipité sur moi en poussant des hurlements hystériques.

La rédaction : Et ça a été tout de suite le coup de foudre entre vous ?

Adrian : Hmmm… Je n’aime pas trop parler de ma vie privée, voyez-vous. Mais disons qu’elle m’a plu tout de suite. Ce n’est cependant qu’après que j’ai pu me rendre compte combien elle est exceptionnelle.

La rédaction : Au cours de son séjour en Angleterre.

Adrian : Précisément. Anaëlle a remporté un concours de cosplay et a ainsi gagné le droit de venir assister pendant deux semaines au tournage de la série. Pourtant, la production n’était pas trop pour. Bill Reno lui avait plus ou moins arraché cette promesse, histoire de faire le buzz au moment de la convention. Anaëlle a dû faire des pieds et des mains pour venir et ses débuts n’ont pas été évidents.

La rédaction : On dit qu’elle s’est accrochée avec la chef-costumière de la série.

Adrian : Pas du tout. Tania n’est pas le dragon que tout le monde décrit. Elle a son caractère, voilà tout. Anaëlle a su faire ses preuves. Elle ne s’est pas comportée comme on aurait pu s’y attendre en jouant les divas, sous prétexte qu’elle était invitée. Elle a même carrément mis la main à la patte et a participé à la conception de certains des costumes qui figurent dans la série.

La rédaction : C’est tout à fait remarquable, pour une dilettante.

Adrian : Vous auriez vu son costume pour le concours ! Ses amies et elle avaient fait un travail remarquable.

La rédaction : Des rumeurs ont couru sur votre séparation.

Adrian : Sans commentaire. Je vous invite plutôt à lire le roman Un Amour à part, vous y apprendrez comment Anaëlle et moi sommes tombés amoureux, les obstacles qu’il nous a fallu vaincre (et ils ont été nombreux) et la manière dont on a fini par s’en sortir tous les deux.

La rédaction : Une happy end, donc ?

Adrian (avec un large sourire) : Ça, je peux vous le garantir.

***

Un amour à part

Numeriklivres.

Disponible en version papier et numérique sur le site de l’éditeur

Un amour à part de Corinne Guitteaud

Un amour à part

Depuis le début de l’été, vous pouvez découvrir cette romance commencée voici un an sur les plateformes numériques et sur le site de mon éditeur. Ce dernier m’a contacté la semaine dernière pour me dire que le livre avait fait un bon démarrage et qu’il était très satisfait, voilà qui fait plaisir à lire. Deux chroniques sont déjà tombées, que je vous invite à découvrir : sur le blog des Reines de la nuit et sur Mon paradis des livres. J’espère d’ailleurs que d’autres viendront, on aime toujours avoir un retour sur ses écrits, bons ou mauvais (les bons font toujours plaisir, les mauvais vous amènent à vous remettre en question et à faire en sorte de faire mieux la prochaine fois.)

L’idée de cette romance m’est venue suite à la Comic Con de San Diego. Tous les ans, je chouine car c’est le genre d’événements auquel je rêve de prendre part, mais disons que les finances ne suivent pas vraiment. Du coup, quand un auteur est frustré, souvent, il se venge dans ses livres (mes élèves devraient se méfier). Mais le concept sur lequel je m’appuie (la rencontre improbable entre une fan et son acteur fétiche) me trotte dans la tête depuis une quinzaine d’années au moins, je me souviens en avoir déjà parlé lors de nos délires entre copines de la FrenchSentinel à qui j’ai d’ailleurs dédié ce livre. Pour qu’elle ait continué de me titiller pendant tout ce temps, c’était vraiment qu’il fallait que je l’écrive. Alors je me suis octroyé ce petit plaisir, redécouvrant, d’ailleurs, un vrai plaisir d’écrire comme je n’en avais pas eu depuis longtemps.

Maintenant, le bébé a pris son envol, je me dis qu’il le méritait plutôt que de rester dans un dossier sur mon ordinateur, comme nombre de ses petits camarades dont je n’ai pas le temps ou l’inspiration de m’occuper. J’espère en tous cas qu’il fera passer un bon moment à toutes les fangirls (et fanboys, après tout) et peut-être en faire réfléchir certains et certaines sur leur attitude envers les « stars » qui peuplent nos écrans.

Un amour à part aux Editions Numerilivres.

Étudiante en droit, Anaëlle a un rêve : vivre de sa passion pour les costumes et pouvoir rencontrer l’acteur de sa série favorite. Adrian Byrd, lui, nourrit une certaine appréhension à l’idée d’affronter ses fans lors d’une convention organisée en France. Leur rencontre aurait pu être sans lendemain. Mais, c’est sans compter sur la ténacité de la jeune femme, bien décidée à vivre sa passion le plus intensément possible en s’imposant dans un milieu où, a priori, elle n’a pas sa place et sur l’attirance qu’Adrian éprouve envers la jolie rousse : une attirance qui le conduira peut-être à vaincre ses peurs les plus profondes. Un amour à part est une romance bien ancrée dans son temps où les rebondissements amoureux des principaux protagonistes ne manqueront pas de faire vibrer votre cœur et votre imaginaire.

Gospel de Jean-Christophe Chaumette chez Voy’el

Pourquoi j’ai publié Gospel ?
D’abord, parce que depuis que j’ai lu le Neuvième Cercle et que j’ai découvert la plume de Jean-Christophe Chaumette, j’ai placé cet auteur dans mon top 5. Il est un des rares à pouvoir me faire lire de l’horreur, genre que je n’affectionne pas particulièrement, mais j’ai encore un souvenir très marqué de l’Aigle de sang. Et son Dieu vampire…!

Il faut le reconnaître, Gospel sort quelque peu de la ligne éditoriale de Voy’el : pas de loup-garou, ni de vaisseau, ni de magie, mais un Noir américain dans l’Amérique des années 30 qui suit un parcours certes prévisible (je préfère ne pas vous en dire plus, pour ne pas vous spoiler), mais c’est mené si adroitement par Jean-Christophe qu’on applaudit à chaque page. La lecture se fait toute seule, un vrai bonheur. On sait ce qui va se passer, on serre les dents en attendant les épreuves endurées par le personnage principal et en même temps, ce livre repose sur un optimisme incroyable.
Évidemment que le sujet ne pouvait que m’intéresser et en tant que prof d’Histoire, et en tant que métisse. Mais je suis persuadée que tout le monde pourra s’y reconnaître.

Ensuite, le livre est illustré par Genkis et je dois quand même dire que je suis très heureuse que ces deux-là s’entendent aussi bien. Songez qu’ils se sont rencontrés en travaillant sur les couvertures chez Voy’el du Neuvième Cercle. Genkis a réalisé un travail de dingue, avec sa coéquipière Sev. Quand on connaît les tableaux qu’il a utilisés pour réaliser les illustrations intérieures, je me dis qu’il a relevé un défi incroyable. On reconnaît en plus son trait de crayon malgré les contraintes de ce projet. Il ne s’est pas laissé déborder par les œuvres qui lui ont servi de support et ça, je trouve ça incroyable.

Ce projet a mis du temps à se monter, pour diverses raisons, mais maintenant qu’il est dans les rayons de votre libraire préférée (songez que tous les exemplaires imprimés ont été placés et si vous voulez un chiffre, ça fait 350, pour une petite maison comme la nôtre, c’est énorme), j’espère que vous vous jetterez dessus. Parce que c’est Jean-Christophe Chaumette et que ceux qui ont déjà découvert sa plume connaissent sa valeur. Parce que c’est une histoire magnifique et que ceux qui aiment les belles histoires voudront la découvrir. Parce que c’est un petit bijou serti par Genkis et Sev et qu’à ce titre, chaque fin de chapitre vous offrira en plus une magnifique illustration.

Bref, ne laissez pas ce livre vous échapper et accompagnez Manson vers sa destinée : son parcours risque de vous interpeller à plus d’un titre. Ce « songster » mérite qu’on s’arrête pour écouter ce qu’il a à nous chanter.

banner_gospel2

« Au milieu des nuages » devient « Un amour à part »

Ma première romance sera publiée chez Numérik:)livres à la fin du mois de juin ou début juillet.

Envoyée à la fin de l’année chez cette maison pure-player (comprenez qui ne publie qu’en numérique), j’ai eu la joie d’apprendre que le livre sortirait donc pour l’été. Des nouvelles bientôt, notamment pour la couverture.

Présentation perso du titre :

Coudre est sa passion. Créer des costumes sa raison de vivre. Quand elle n’étudie pas les codes de procédure pour son diplôme, Anaëlle Leroy court les salons avec ses amies Caroline et Lucie pour faire découvrir ses créations auprès des fans de Jules Verne et des univers victoriens. Pourtant, elle n’aurait jamais imaginé rencontrer un jour en personne l’acteur de sa série favorite à l’occasion d’un concours qui pourrait bien lui ouvrir les portes d’un nouveau monde.
Adrian Byrd est la vedette de la série britannique « Among the clouds. » Lorsque son scénariste l’oblige à se rendre à une convention à Paris, l’acteur est plus que réticent. Il craint ses groupies autant qu’il en a besoin. Toutefois, quand il rencontre Anaëlle, il tombe sous le charme de la jolie rousse qui lui monte un visage à des années-lumière de l’idée qu’il se faisait de ses fans. Mais Anaëlle saura-t-elle vaincre les réticences d’Adrian et vivre jusqu’au bout cet amour à part ?